Envoyer à un ami  Imprimer la page (ouverture nouvelle fenêtre)  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner rubrique  desabonner rubrique
Connaissance
 

Etudes

Etudes/Etudes multi-thématiques/Vulnérabilité énergétique des ménages à renommer en Vulnérabilité énergétique des ménages en 2008.

Créer un article Vulnérabilité des ménages en 2015

Un ménage est considéré en situation de vulnérabilité énergétique si son taux d’effort énergétique estimé est supérieur à 8,2 % soit, par convention, le double de la médiane du taux d’effort observé en France métropolitaine.

La part du budget des ménages consacrée aux dépenses énergétiques pour chauffer son logement et disposer d’eau chaude s’appuie sur différentes sources. Entre 2008 et 2015, de nouvelles sources sont apparues, comme l’enquête Phébus et le fichier Fideli, ce qui a conduit a revoir la méthodologie de calcul de la vulnérabilité. Si les territoires les plus concernés par la vulnérabilité énergétique restent identiques, il faut néanmoins se garder de faire des évolutions entre la vulnérabilité calculée en 2015 et celle déterminée en 2008.

L’enquête Phébus du service de la donnée et des études statistiques (SDES) du ministère de la Transition écologique et solidaire, réalisée en 2014-2015, permet de modéliser les étiquettes DPE d’un logement. La base Pégase est utilisée pour connaître le prix des combustibles. Les informations sur les ménages sont issues du recensement de la population 2013, du fichier des logements et des individus 2015 (Fideli) et du fichier localisé social et fiscal 2015 (Filosofi).

Chauffer correctement son logement grèverait le budget d’un quart des ménages de Bourgogne-Franche-Comté

- >https://www.insee.fr/fr/statistiques/4171795]

Rubrique Etudes/logement/Mobilité résidentielle

Les collectivités doivent mettre en place des actions pour favoriser la mixité sociale. Dans le parc locatif social, les attributions de logements à destination des ménages à faibles ressources doivent permettre une installation significative de ces ménages en dehors des quartiers prioritaires de la ville. Par ailleurs, les opérations de rénovation urbaine dans ces quartiers, avec le soutien de l’ANRU, favorise la mobilité dans les quartiers concernés.

Dans le cadre d’un financement du Commissariat Général à l’Égalité des Territoires (CGET), le SGAR et l’Insee, avec la participation de la Dreal ont étudié les migrations à partir et vers les quartiers de politique de la ville (QPV). Quel est le profil des ménages sortant de QPV ? Vers où ces ménages partent-ils ? Quel est le profil des entrants et dans quel type de parc s’installent-ils ? Quel est l’influence des échanges migratoires sur la mixité sociale ?
Autant de questions abordées dans cette publication.

Entrer ou sortir des quartiers prioritaires : des trajectoires en partie liées aux variations de revenu et au coût du logement
https://www.insee.fr/fr/statistiques/3902288

 
 
Territoire de Franges

Territoire de Franges

Trois publications ont été réalisées dans le cadre d’un partenariat entre la Dreal et l’insee pour étudier ces territoires