Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Biodiversité Eau Paysages

Plan national d’actions en faveur du lynx

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 11 juin 2020

Le Lynx boréal (Lynx lynx) fait l’objet d’un Plan National d’Actions (PNA) dont le premier comité de pilotage s’est réuni le 04 février 2019.

  Le lynx boréal : une espèce emblématique de la faune française et européenne

© Patrice RAYDELET

Le lynx boréal est une espèce emblématique de la faune française et européenne. Elle fait l’objet d’une inscription aux annexes II et IV de la Directive européenne Habitats-Faune-Flore, d’une protection nationale et d’un classement au titre des espèces menacées sur la Liste rouge nationale (catégorie « En Danger » en France). En 2017, l’Unité Mixte de Services Patrinat (AFB-CNRS-MNHN) cite le lynx boréal comme prioritaire pour l’action publique. Il subsisterait en effet entre 100 à 150 lynx sur le territoire national dont la majeure partie vit sur l’arc jurassien.

Des mesures en faveur de la conservation des populations de lynx boréal doivent donc être menées.

  Quelques éléments sur la biologie du lynx boréal

Le lynx est le seul grand félin présent en France. Disparu du territoire national au début du 20ème siècle, il a été réintroduit dans les Vosges dans les années 80-90, et les réintroductions en Suisse dans les années 70 ont permis la recolonisation naturelle des massifs jurassien et alpin. C’est une espèce majoritairement forestière aux mœurs solitaires. Le lynx a un domaine vital d’environ 100 à 400 km². Sa biologie et son éthologie en font une espèce, certes prédatrice, mais au comportement significativement différent des deux autres espèces de grands prédateurs (loup, ours) en France. Il se nourrit essentiellement d’ongulés de taille moyenne (chevreuil, chamois) et de petits mammifères, mais aussi parfois d’ovins et de caprins. Cette prédation s’exerce par prélèvement d’un individu, rarement plus. Elle pose ainsi peu de problèmes d’interactions avec les activités d’élevage, si ce n’est ponctuellement dans des cas d’attaques répétées.

© Patrice RAYDELET

Les principales menaces actuelles sur l’espèce et les freins à son développement sont les collisions routières et ferroviaires, la destruction illégale, le fractionnement des habitas forestiers et le manque de connectivité et la petite taille des populations qui les rendent susceptibles aux problèmes génétiques et sanitaires.

Lien vers les sites :

  Le Plan National d’Actions en faveur du lynx

Les plans nationaux d’actions en faveur des espèces menacées (PNA) traduisent les engagements en faveur de la protection des espèces de faune et de flore sauvages. Ils ont été renforcés par l’article 8 de la loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages du 8 août 2016.

Leur ambition est opérationnelle avec un fort ancrage territorial et l’association de tous les acteurs. Le PNA doit assurer le maintien de la population d’une espèce dont l’état de conservation est fragile.

Initié par le Ministre de la Transition Ecologique et Solidaire en août 2018, l’élaboration de ce plan national d’action a été confiée au préfet de la région Bourgogne-Franche-Comté (préfet coordinateur). Il s’appuie pour animer l’élaboration de ce plan sur la DREAL Bourgogne-Franche-Comté et pour le rédiger sur l’ONCFS.

La concertation pour l’élaboration de ce plan, qui a vocation à tenir compte des initiatives déjà existantes, s’appuie sur :

© Patrice RAYDELET