Retour sur le séminaire sobriété foncière du 11 janvier 2023

Les urgences climatiques, énergétiques et environnementales imposent une accélération sans précédent des efforts collectifs pour réduire drastiquement l’empreinte écologique de nos activités.

Se déplacer, se loger, produire, consommer, se nourrir, chacun de ces actes du quotidien a un rapport au sol qui est le support de nos activités humaines. Mais cette ressource est précieuse à bien des égards.
Son utilisation doit donc se faire avec parcimonie.

Plus de 50 personnes ont participé à ce séminaire dédié principalement au corps préfectoral, en présentiel ou en visio.

Le programme de cette matinée a été conçu pour apporter des éclairages ainsi qu’une expertise aux services de l’État en région Bourgogne-Franche-Comté afin qu’ils assurent au mieux le rôle d’accompagnement des territoires pour les inciter et les aider à faire émerger des projets ambitieux au regard de la transition écologique.

Le directeur Jean-Pierre Lestoille a rappelé l’importance de la sobriété qui doit devenir le nouveau modèle de développement en suivant les cinq axes définis par le projet France Nation Verte :

  1. réduire les émissions de gaz à effet de serre et limiter les effets du changement climatique
  2. s’adapter aux conséquences inévitables du changement climatique
  3. restaurer la biodiversité
  4. réduire l’exploitation de nos ressources naturelles à un rythme soutenable
  5. réduire toutes les pollutions qui impactent la santé

Le “Zéro Artificialisation Nette” fixé par la loi Climat et Résilience d’août 2021 est un objectif ambitieux car complexe à mettre en œuvre. Il implique d’innover, de concevoir de nouvelles façons d’aménager dans le respect des écosystèmes et pour le bien-être des habitants.
Il ne s’agit pas de décroissance, mais de mieux vivre ensemble.



Shift Project : Les Enjeux de résilience à l’échelle des territoires

Laurent Delcayrou, chef de projet Résilience des territoires au Shift Project est venu présenter les grands enjeux, les constats et les chemins nécessaires à la transformation de nos territoires.

Le constat actuel montre que le monde que nous connaissons a définitivement disparu, que la résilience de nos territoires implique leur transformation et que la sobriété (foncière) est la clef de voute de la bifurcation écologique.

Deux voies de transformation sont à concilier :

  • S’adapter (gérer l’inévitable)
  • Atténuer (éviter l’ingérable)

Les leviers technologiques ne vont permettre de faire qu’une partie du chemin. La sobriété et donc des changements d’usages et de pratiques sont incontournables pour respecter les engagements de la France : neutralité carbone, zéro artificialisation nette en 2050.

Se pose ainsi la question des arbitrages entre usages, qui devient cruciale et exige une vision partagée du territoire, intégrant une dimension prospective.

Dans un contexte de tensions croissantes sur les ressources finies, il y a urgence à agir. Le changement de trajectoire devra également relever le défi des inégalités sociales et territoriales , et devra être à amorcé avant la fin du mandat communal.

Enfin il convient de rappeler que la sobriété foncière, objet du séminaire, sert également les objectifs de décarbonatation. C’est un incontournable au service de notre sécurité alimentaire, de la préservation de la ressource en eau, du climat et de la biodiversité.


SCoT : "La révolution d’aménagement du territoire "

Stella Gass, directrice de la fédération nationale des SCoT a présenté la démarche à suivre pour mettre en place les stratégies territoriales de résilience.

Nous sommes face à un moment de responsabilité immense. L’importance de s’engager dans de nouveaux modèles d’aménagement a été rappelée en pensant notamment aux limites planétaires.

Le changement de trajectoire implique de définir un projet de territoire adapté aux ressources disponibles et de renforcer la gouvernance au sein du bloc local.

Se mettre en intelligence collective et rassembler les acteurs des territoires pour s’appuyer sur toutes les compétences possibles, sans oublier les habitants, sont également des clés de réussite pour trouver les solutions adaptées. Il s’agit aussi de transformer les contraintes en opportunités et de ré-enchanter l’exercice d’aménagement du territoire

5 axes de travail doivent être travaillés, afin d’"agir pour ne pas subir" :

  • Revoir la manière dont on identifie les besoins
  • Élargir les valeurs du territoire
  • Faire des espaces non bâtis l’épicentre des transitions
  • Formuler une nouvelle équation pour la densité
  • La qualité des aménagements et du dialogue

Atelier "la fresque de la ville"

Pour sensibiliser les participants aux enjeux systémiques de la fabrique urbaine des ateliers ont été proposés.

Avec comme support le jeu "La Fresque de la ville" les différents groupes ont pu mener une réflexion sur les impacts environnementaux, sociaux et économiques de la fabrique de la ville et identifier collectivement les transitions à mener.

Synthèse graphique

Tout au long de la matinée Cindy Rémy facilitatrice graphique a réalisé une fresque afin de synthétiser les présentations et les échanges.


Conclusion

Après un temps d’échange où les préfets de département ont rappelé l’importance d’une communication claire et non culpabilisante avec la population, la nécessité de l’éducation des plus jeunes à ces sujets et un besoin de planification, Jean-Pierre Lestoille a conclu la matinée.

Il a insisté sur trois points qui restent à travailler :

  • le dire de l’État dans le cadre du SRADDET ;
  • l’accompagnement des élus et les acteurs du territoire dans la construction d’une vision positive de leur avenir ;
  • l’accompagnement des territoires dans la réalisation de leurs projets en mettant en lien les différents outils à disposition (fonds vert, CRTE, …)

Galerie photos

Partager la page

S'abonner

Sur le même sujet