Envoyer à un ami  Imprimer la page (ouverture nouvelle fenêtre)  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner rubrique  desabonner rubrique
Transports Mobilités
 

Présentation du projet


L’aménagement de la section de la RN19 entre Amblans-et-Velotte et Lure, sous la maîtrise d’ouvrage de la Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DREAL) de Franche-Comté, consiste en la création d’une route express à 2×2 voies à chausses séparées, sur un linéaire d’un peu plus de 3 kilomètres.
En outre, il comprendra la construction de cinq ouvrages de type passage inférieur (PI) ou passage supérieur (PS) permettant de rétablir des voies ferrées, routières, forestières, hydrauliques et passages faune, d’un échangeur complet et d’un giratoire provisoire de raccordement avec la RN19 actuelle à l’Est d’Amblans-et-Velotte.

A l’extrémité Est (« Début du projet » ), la section s’insérera dans le prolongement de la déviation de Lure.

Un échangeur complet de type losange à lunettes (« Diffuseur RD64 ») sera créé à l’intersection entre la RD64 et la RN19. Pour cela, un nouveau giratoire sera construit au Nord du giratoire actuel, la bretelle qui sert actuellement d’extrémité provisoire de la déviation de Lure sera reprise pour devenir une voie d’insertion en direction d’Héricourt, et trois autres bretelles seront construites pour assurer les autres mouvements d’entrée et de sortie.

Un viaduc (« PI n°11 ») d’une longueur de près de 235 mètres, sur une hauteur maximale de 10 mètres environ (gabarit de 6 mètres au-dessus de la voie ferrée), permettra de franchir la voie ferrée Aillevillers-Lure et le ruisseau du Picot. Il comprendra deux tabliers supportant chacun deux voies pour chaque sens de circulation, deux culées à ses extrémités et trois piles intermédiaires.
Du fait de la géologie du terrain rencontré (sols compressibles), les cinq appuis de l’ouvrage seront fondés sur pieux d’une longueur variant entre 15 et 25 mètres.
Du point de vue environnemental, de part ses caractéristiques, ce viaduc permettra de préserver l’intégrité du lit du ruisseau du Picot et constituera un point de passage privilégié pour la faune.

Au centre du Bois de Bouhans, un ouvrage de type passage supérieur (« PS n°12 »), d’une largeur de 12 mètres et dégageant un gabarit de 5,50 mètres au-dessus de la RN19, permettra d’une part de rétablir le chemin forestier des Franches Communes et d’autre part de constituer un passage pour la grande faune.

Le ruisseau du Bourbier sera franchi par un ouvrage hydraulique (« PI n°13 ») présentant une ouverture de 12,5 mètres.
De part ses caractéristiques, l’ouvrage permettra d’une part d’assurer la transparence hydraulique de l’infrastructure en permettant l’écoulement du ruisseau du Bourbier même en période de crue, d’autre part de permettre le passage de la petite et moyenne faune sous la 2×2 voies (une largeur de berges est préservée de part et d’autre du ruisseau sous l’ouvrage).

La RD143 sera rétablie sous l’ouvrage « PI n°14 », présentant une ouverture de 13 mètres et dégageant un gabarit au-dessus de la RD143 de 4,50 mètres.
Dans le cadre de la construction de cet ouvrage, le tracé de la RD143 sera dévié compte tenu du profil en long du projet et de la topographie du site à l’intersection des deux voies.

La voie ferrée Paris-Bâle sera franchie par la 2×2 voies par l’ouvrage « PI n°15 », d’une ouverture de 12 mètres et dégageant un gabarit de 6 mètres au-dessus des voies.

A l’extrémité Ouest (« Fin du projet »), la 2×2 voies sera raccordée à l’actuelle RN19 via un giratoire, marquant la transition entre la section aménagée et la section existante à 2 voies.
La rue de Velotte sera également raccordée à ce giratoire, son débouché actuel sur la RN 19 étant supprimé.
La route de Magny-Vernois sera raccordée à l’Est du giratoire, son débouché actuel sur la RN19 étant autorisé aux seuls riverains habitant le long de cette route.

L’ensemble des eaux de ruissellements de chaussées sera recueilli via un système de collecte (caniveaux, cunettes) tout le long de l’infrastructure, puis transitera par des bassins d’assainissement (« Bassin 1 », « Bassin 2 » et « Bassin 3 ») avant rejet dans le milieu naturel.

Au titre des aménagements environnementaux, en sus des passages faunes précédemment évoqués, des crapauducs et des mares à amphibiens seront entre autres réalisés.
Des clôtures viendront empêcher l’intrusion d’animaux ou de piétons dans l’emprise de la 2×2 voies (risque de collisions), et les inciteront à emprunter les passages faunes prévus.

Enfin, des aménagements architecturaux (habillages des ouvrages) et paysagers (plantations, modelages de terrains) viseront à améliorer l’intégration de l’infrastructure dans son environnement.